Presentation_deck_ST

Starman Tarot

davide de angelis

Nombre de cartes : 78

Taille des cartes : 7,5cm sur 14cm

Langue : Anglais (livret en anglais – italien – espagnol – français – portugais – russe)

Prix : 30€

Sortie : Octobre 2018

Qualité du deck : Boîtier rigide qui s’ouvre par le haut en cloche / cartes souples et brillantes plus grandes qu’un tarot standard / livret plutôt pas mal (de facture et de contenu)

Niveau requis : Certains codes traditionnels sont repris, mais l’imagerie est originale, très saturée. Peut-être pas pour débuter.


Ce tarot a été conçu par Davide & Esther de Angelis, après avoir collaboré avec David Bowie pour des projets artistiques. La démarche est expliquée sur deux pages en début de livret. Mais si le nom peut le faire croire, il ne s’agit pas d’un tarot co-créé par David Bowie même s’il apparaît sur certaines cartes.

Il se base sur le système Rider-Waite-Smith et on peut retrouver quelques-uns de ses symboles, bien que ce tarot adopte une esthétique et une foule de symboles très différents.

Le dos des cartes est symétrique haut / bas pour utiliser les cartes à l’endroit et à l’envers, et on trouve des interprétations pour les deux cas de figure dans le livret également.

Les cartes du Starman Tarot ont une esthétique très fortement chargée, avec des couleurs saturées souvent à l’excès, et l’ambiance est globalement kitsch avec des visuels qui n’ont rien à envier au début des années 2000.

On y croise beaucoup de références à la géométrie sacrée, des flammes en veux-tu en voilà, du néon, de la texture visuelle, des humains à l’air robotique / alien et retouchés jusqu’à les rendre plus-que-plastique, des décors quasi impossible à situer.

Une ambiance très moderne et à la fois hors du temps, qui me rappelle personnellement les festivals psytranse. De l’exagéré à gogo. Des sollicitations visuelles de partout.

Il y a 21 pages de livret en français, avec une introduction au projet, une rapide introduction au tarot et à la façon d’utiliser les cartes, un modèle de tirage créé spécifiquement pour ce deck (la disposition de l’éclair, référence à l’éclair rouge maquillé sur la tête de David Bowie). On passe après aux interprétations des cartes avec une petite phrase d’accroche, et les significations endroit / envers et globalement la même densité de contenu pour les arcanes majeures et les arcanes mineures.

Pour un deck Lo Scarabeo, on sent quand même qu’il y a eu de l’effort mis dans le livret. Par contre la qualité des cartes reste très largement discutable car le carton est très souple pour des cartes très grandes.

C’est vraiment un deck très particulier dans son esthétique, et il est clair que ça ne plaira pas à tout le monde. Je l’utilise d’ailleurs assez peu pour d’autres, bien que je l’aie pas mal utilisé pour moi-même.

J’avais envie à l’époque d’un deck très chargé, plein de symboles, qui induise d’autres choses / sensations / images que les tarots traditionnels. Mais je crois que son côté super kitsch a quand même eu raison de moi… Bien qu’il me rende toujours un peu nostalgique de l’époque des soirées et festivals aux décos improbables, je ne sais pas si je le garderai encore longtemps. J’aime son côté un peu WTF et alien, dense et vivant, mais il a un côté à la fois trop fouillis et trop lisse en même temps.


Site

Laissez un commentaire