Tarot of the Divine

Yoshi Yoshitani

Nombre de cartes : 78 (arcanes majeures et mineures)

Taille des cartes : 7cm sur 12cm

Langue : Anglais

Prix : 19,99$

Sortie : Septembre 2020

Qualité du deck : Coffret solide, cartes qualité linen-mat épaisseur standard, livret couleur. Le livre des références est vendu séparément, de superbe qualité également.

Niveau requis : Basé sur le Rider-Waite-Smith avec beaucoup de libertés. Niveau confirmé préférable.


Ce tarot est compilé et illustré par Yoshi Yoshitani et édité par Clarkson Potter. Le livre est publié par Ten Speed Press. On peut les trouver sur des sites de revente européens pour éviter les frais de douane.

Le coffret, le livret, les cartes et le livre sont de bonne facture, et c’est sans compter le travail prodigieux de Yoshi Yoshitani pour associer chaque carte à un conte, une divinité, une légende, venant de cultures de tous les recoins du monde. Je recommande le livre pour vraiment saisir toutes les subtilités des cartes.

Les illustrations sont magnifiques, les couleurs superbes, et promet des voyages enrichissants, un travail en profondeur sur les archétypes.

On dit souvent que pour bien s’approprier les cartes et leurs significations, il faut essayer de les personnifier, de leur inventer une histoire, de voir comment leurs actions s’inscrivent dans le monde : c’est chose faite ici, puisque chaque carte fait référence à une histoire, relatée rapidement dans le livret, et plus en détail dans le grand livre illustré.

Chaque tirage avec ce jeu devient l’occasion de découvrir de nouvelles histoires, de travailler sur leurs sens cachés, leurs leçons, leur morale, leurs archétypes.

C’est un deck qui fait voyager, rêver, questionner, découvrir d’autres cultures, connecter avec son héro’ïne intérieur’e.

Je trouve que c’est un deck assez exigent si on souhaite vraiment l’approcher dans toute sa profondeur, parce qu’il demande de se familiariser à la fois avec les cartes (si on ne les connaît pas par cœur) et avec la référence associée. Je l’utilise principalement pour des tirages qui explorent les forces et les faiblesses, les rêves et les peurs, sa «mission de vie», la résolution d’anciennes blessures.

Le livret donne le nom du personnage, de la divinité ou du conte, ainsi que le pays d’origine. Un petit paragraphe pose le contexte, et on a ensuite des mots-clés pour la carte à l’endroit et pour la carte à l’envers. Il suffit à comprendre la carte, mais ne va pas vraiment en profondeur sur l’histoire (d’où l’intérêt du livre).

J’ai vraiment eu un énorme coup de cœur pour ce travail, pour les graphismes, pour la diversité du contenu, pour les couleurs, pour sa douceur et sa radicalité à la fois.

C’est un travail de recherche colossal pour avoir réussi à rattacher chaque carte à une histoire, et un travail tout aussi réussi dans la qualité des illustrations qui sont splendides.

Par ailleurs, même pour les personnes qui ne tirent pas les cartes, le livre peut être acheté seul et servir de recueil d’histoires à feuilleter. Chaque texte est illustré par la carte associée.

%s