Tarot onirique

Janet piedilato & Tom duxbury

Nombre de cartes : 78

Taille des cartes : 7,5cm sur 12cm

Langue : Français

Prix : 26€

Sortie : Avril 2021

Qualité du deck : Coffret cloche solide / cartes brillantes / livre très complet qui fournit plein d’explications sur la symbolique des cartes

Niveau requis : Imagerie un peu déroutante qui ne suit pas l’imagerie traditionnelle du tarot. Il faudra donc se référer régulièrement au livret si on débute ou savoir bien analyser les différents éléments de l’image.


Ce tarot a été conçu par Janet Piedilato et illustré par Tom Duxbury, publié par les éditions Médicis. Il a été créé spécifiquement pour analyser ses rêves, même s’il peut très bien s’utiliser pour d’autres types de tirages.

Même si on ne retrouve pas vraiment l’imagerie des tarots classiques, on peut dire que les arcanes majeures se basent sur un système Marseille ou Thoth : la Justice est en 8, la Force en 11. Les arcanes mineures sont illustrées de la même façon que les arcanes majeures.

Le dos des cartes est symétrique haut/bas, ce qui fait que ce tarot se prête bien à la lecture des cartes à la fois à l’endroit et à l’envers.

Les cartes ont une palette très cohérente de bleu, rose, vert, orange, brun, noir.

Mis à part le Magicien, l’Impératrice, l’Empereur et le Pendu, on ne retrouve rien de l’imagerie du Tarot Rider-Waite-Smith ou du Marseille.

Par ailleurs, les noms des arcanes majeures est complètement changé à quelques exceptions près : le Hiérophante, les Amoureux, le Pendu, la Tempérance, la Lune, le Soleil et le Jugement sont les seules à rester identiquement nommées, et par exemple la Papesse / Grande Prêtresse devient la Prêtresse des rêves, le Chariot devient Chariot lunaire. Le reste des cartes est nommé de façon totalement différente (L’Innocent, le Maître des secrets, la Porteuse de rêves, le Professeur de sagesse… pour en citer quelques-unes).

Les figures de cour sont, dans l’ordre : Rêveuse, Esprit, Dame, Seigneur.

On se trouve donc en présence d’un tarot qui sort des cadres ordinaires pour imposer sa propre symbolique, et bien qu’il garde le même système de numérotation et de suites, il va falloir retrousser les manches de son imagination, de son intuition et de son analyse. C’est un deck qui demande de se projeter dedans, de décortiquer les différents éléments pour en comprendre le sens, et de ne pas non plus tout prendre de façon très littérale (comme dans les rêves).

Il y a différents éléments tirés de courants spirituels et mythologiques, comme la Mâât, la Sophia, l’Ouroboros, Ganesh, la croix chrétienne, les Moires, l’Axis Mundi…

Comme le livret en témoigne, il y a eu un gros travail de fait sur les symboles et leur analyse pour chacune des cartes, autant pour les arcanes majeures que pour les mineures. Et, puisqu’il s’agit d’un tarot onirique, les symboles et leur analyse se basent principalement sur le monde intérieur. On est plus sur du développement personnel, de la psychologie, du travail sur soi.

Les parties réservées à la divination sont beaucoup plus succinctes, mais on a quand même des indices sur la lecture des cartes à la fois à l’endroit et à l’envers. C’est dans cette partie qu’on peut le plus voir le rapport au monde extérieur, plutôt qu’au monde intérieur de la psyché.

C’est un tarot qui nécessite vraiment d’être apprivoisé, approfondi, qui nécessite d’avoir envie de creuser sur la symbolique, de lire les images plutôt que de se fier à ce qu’on sait déjà du tarot (qui pourra bien sûr servir mais ne sera pas toujours forcément très raccord).

Je fais peu de tirages sur les rêves, ce qui n’empêche pas que c’est un de mes tarots les plus utilisés. Il se prête bien aux tirages psychologiques, au travail de l’ombre, aux tirages sur les cycles lunaires, au cheminement spirituel / religieux, à l’initiation mystique…

Je l’aime parce qu’il n’est pas figé, il y a toujours quelque chose de nouveau à en percevoir et en apprendre, il est fluctuant et intense.


Site de Janet Piedilato

Laissez un commentaire