Arcanes mineures : Les Cinq

Les 5 représentent un dépassement, une transition, un bouleversement. C’est un chiffre d’idéalisme, d’adaptation, d’originalité, de raffinement. Dans leurs mauvais aspects, ce sont les crises, la rivalité, le deuil, la division, les difficultés.

Je vous propose une analyse rapide des arcanes du tarot à travers les decks de ma collection, afin de dresser un tableau plus complet de chaque carte selon ma perception de celles-ci.

Decks présentés, dans l’ordre : Seventh Sphere Tarot, Movie Tarot, Néo Tarot, Modern Witch Tarot, Tarot de la Fortune, Tarot Thoth, Tarot of the Spirit, Tarot of the Divine, Tarot del fuego, Starman Tarot, Tarot de Bruegel, Tarot de Bosch, Tarot de la conscience, She Wolfe Tarot, Serpentfire Tarot

Le Seventh Sphere Tarot et le Movie Tarot (les deux cartes placées en première position) sont basés sur le Tarot de Marseille, ce qui les rend moins intéressants à analyser visuellement concernant les arcanes mineures (sauf pour les As et les figures de cour). Je les montre quand même pour représenter cette tradition et parce que ça reste de beaux jeux !

5 D’ÉPÉES

Dans les tarots basés sur le Rider-Waite-Smith, nous pouvons voir en premier plan une personne qui ramasse des épées à terre, qui ont sûrement appartenu aux personnes qui s’éloignent en deuxième plan, avec l’air abattu, vaincu, en souffrance. La victoire se fait sur le dos de quelqu’un d’autre, on est dans le besoin d’avoir raison, de gagner, de ne pas lâcher le morceau, quitte à faire mal.

Le Tarot Thoth nomme cette carte « Défaite », on est donc du côté des vaincu’e’s. 5 épées forment un pentacle (il faut se protéger de quelque chose, du mal qui peut être fait, anticiper), avec des espèces de gribouillis autour qui symbolisent la frustration, les arguments qui n’arrivent pas à trouver de point de jonction, de compromis.

Dans le Tarot of the Spirit, 5 épées se dressent pointes en l’air, mais leurs pointes sont cassées, brisées. On a voulu se battre, mais on y a perdu des bouts de soi. L’enjeu ne valait peut-être pas de foncer, parce que les dégâts sont difficilement réparables.

Le Tarot of the Divine fait référence à la mythologie égyptienne, avec Osiris détrôné et vaincu par Seth, qui se barricade ici derrière des épées, et Isis qui pleure en premier plan la perte de son mari. On est ici dans la trahison, la violence, la perte de pouvoir, et l’envie, plus tard, de se faire justice.

Avec le Tarot del fuego, on se barricade pour éviter de se laisser atteindre par les piques lancées sur nous, par l’orage qui fait rage, on attend que ça se calme. Difficulté à affronter, confronter, s’exprimer, s’exposer.

Dans le Starman Tarot, on est sur le champ de bataille, beaucoup y ont laissé leur peau, de façon irréversible, des épées continuent de pleuvoir et un homme vient de retirer la sienne d’une autre personne ensanglantée. C’est une carte plutôt dure, qui appelle à réfléchir sérieusement aux conséquences de ses choix et actes, et à se protéger des autres.

Le Tarot de Bruegel dit : « Petit plaisir, mille tourments ». Une table de jeu est renversée, un homme a son cerveau qui lui est sorti de la tête ; deux autres s’entretuent au couteau, l’un a un double visage (tromperie, vraies intentions cachées) ; deux personnes s’embrassent pendant qu’un animal s’apprête à les attaquer. Que de dangers ici pour des plaisirs futiles et fugaces.

Avec le Tarot de Bosch, on ne sait pas trop si l’individu est traversé d’épées ou s’il les porte sous le bras, mais je penche pour le fait qu’il a gagné toutes ses épées mais qu’il ne sait pas quoi en faire, il est seul sur son chemin, encombré, déçu.

Le Tarot de la conscience nomme cette carte « Seigneur de la Défaite », on peut y voir une femme qui tombe à genoux dans la douleur, qui implore peut-être la clémence, ou qui fuie en courant une situation qui l’a menée à la détresse, avec dans les mains tout ce qui lui reste.

Dans le She Wolfe, nous avons également une femme, agenouillée dans le désert, qui implore une Vénus géante dans le ciel, oppressante, comme un poids qui menace de nous tomber dessus. Ça peut être un mauvais présage, une crainte réelle, et on ne fait pas le poids pour lutter, il faut s’accorder, se plier.

Le Serpentfire montre une femme prise en étau entre deux masses sombres, comme des trous noirs prêts à aspirer les rêves (les étoiles en fond). Il n’y a pas de perspective, la situation est bloquée, et on n’a pas de contrôle sur ce qui se passe. Il faut accepter.

5 De coupes

Dans le Néo Tarot, une personne est assise recroquevillée sur elle-même, la Lune (les émotions) lui pèse sur la tête, elle se cache les yeux comme pour pleurer ou parce que son état ne lui permet pas de voir ce qui se passe vraiment (tout comme les rideaux lui occultent ce qui se passe à l’extérieur). 3 coupes sont renversées et déversent un liquide noir (tristesse, déception, deuil), 2 sont à l’endroit derrière la personne.

Dans le Modern Witch Tarot, une personne se tient de dos, dans un habit noir (deuil), elle regarde les 3 coupes renversées sur la berge, leur contenu rejoint la mer (l’étendue de la tristesse est infinie), tandis que 2 autres sont dressées derrière, mais elle ne les voit pas. La ville est loin, on peut se sentir seul’e, isolé’e, avoir besoin de s’éloigner.

Le Tarot de la Fortune montre de nouveau 3 coupes renversées et 2 coupes droites, avec au milieu une personne assise qui lève les bras et la tête vers le ciel, comme pour demander « pourquoi », pour demander réparation, amélioration. Au fond, le feuillage des arbres est noir, infertile, mort, prêt à tomber. On peut aussi voir une personne qui tourne le dos (rupture, éloignement social), et un puits, qui semble indiquer qu’il faut aller chercher soi-même son bonheur, ne pas attendre qu’il arrive seul. On a l’idée qu’on n’arrive pas à se satisfaire de ce qu’on a, de son sort.

Le Tarot Thoth nomme cette carte « Désappointement ». Un pentacle relie les 5 coupes et se termine par deux feuilles, tournées vers le sol (impossible de croître, on ne voit pas la lumière), et qui bloque le chemin au remplissage des coupes. On se ferme après avoir été déçu’e, on se protège, peut-être excessivement.

Dans le Tarot of the Spirit, « Spilling », 3 coupes se déversent, d’un contenu visqueux, rouge sang, qui fait penser à des entrailles (on a été « poignardé’e » dans le ventre, trahison). 2 autres coupes sont remplies à foison et tentent d’atteindre les 3 autres avec un meilleur contenu, lumineux, mais celles-ci se tiennent dans un triangle noir, fermé au reste. On n’arrive pas à voir plus loin que son nombril malheureux, même s’il y a de belles opportunités.

Le Tarot of the Divine fait référence à la Llorona (folklore mexicain qui a donné lieu à de nombreuses versions différentes). Ici il s’agit d’une femme qui a noyé ses enfants d’un mari infidèle, et qui l’a regretté par la suite, puis s’est noyée elle-même, mais a été ramenée sur Terre pour qu’elle ramène ses enfants – perdus à jamais. On a donc une personne hantée et qui hante à son tour, qui tourne en boucle, qui se noie dans le chagrin, la culpabilité, la trahison.

Le Tarot del fuego montre 5 coupes avec du contenu différent, et ça fait un peu penser aux pochettes surprises : on ne sait pas si on va tomber sur un truc chouette (énergie du feu, rareté du corail) ou sur un piège (créatures des profondeurs). On est plongé’es dans l’eau, on a peut-être du mal à garder pied, à voir clair.

On est aussi noyé’es dans l’eau dans le Starman Tarot, on essaye de s’en sortir en se raccrochant aux coupes mais elles tombent une par une (en plus il y a du sang dedans : l’aide offerte cache de mauvaises intentions). On a envie d’y voir plus clair (les yeux dans la carte), mais pour y arriver il faut traverser une couche de racines épaisses et emmêlées : il faut affronter ses problèmes, même si ça fait mal.

Le Tarot de Bruegel dit : « On n’est jamais trop prudent ». Deux personnes patinent sur la glace, et l’une d’elle se noie dans un trou : peut-être qu’on s’est lancé dans une relation sans tâter le terrain avant, et l’autre ne se soucie pas de ce qu’on ressent. Sur le premier plan, une personne tente de détourner l’attention de deux autres qui tiennent des chopes, et pendant ce temps-là il se passe quelque chose dans l’une des chopes tendues. Bref, pour ne pas se faire avoir : regardez bien où vous allez.

Le Tarot de Bosch montre une créature ailée juchée sur une coupe, surmontée par d’autres coupes qui forment un bateau à voile, prêt à prendre son envol. D’autres aventures nous attendent, il faut tourner la page, se laisser porter.

Dans le Tarot de la conscience, cette carte se nomme  « Seigneur du Trouble », on peut y voir une jeune femme avancer vers quelque chose en toute ingénuité, pas forcément sûre de ce qui l’attend, et peut-être qu’elle hésite. Ou encore qu’elle se fait passer pour naïve mais qu’elle est prête à en découdre et à filouter.

Le She Wolfe Tarot montre une femme dans l’ombre d’une dune, qui se lance vers un nid de serpents (piège, danger, fourberie), mais elle ne peut pas y voir clair car il y fait sombre. Mars gouverne ce trou et crée une sorte de magnétisme troublant, on est dans la réactivité, l’impulsion, la combattivité, on peut être « testé’e » par quelque chose ou quelqu’un.

Le Serpentfire Tarot rejoint un peu l’imagerie traditionnelle du Rider-Waite-Smith (voire la carte du Modern Witch Tarot). La femme a les cheveux dans les yeux (manque de clarté, de lucidité), ses voiles qui s’envolent (perte de contrôle) et la laissent presque nue (vulnérable, à vif). Elle flotte sur une étendue d’eau (manque d’ancrage, de réalisme), qui a l’air glissante, mouvante, mais pas profonde : on peut s’en sortir facilement malgré tout.

5 De bâtons

Les tarots basés sur le Rider-Waite-Smith représentent 5 personnes en train de se confronter, en agitant de grands bâtons. Il y a du potentiel pour construire ensemble, mais les personnes ne semblent pas réussir à s’accorder, et chacun’e cherche à s’imposer.

Le Tarot Thoth nomme cette carte « Lutte », et montre un bâton central, plus imposant que les autres, avec des ailes en haut et en bas : la passion, les intentions et les aspirations donnent des ailes, permettent de s’élever, mais elles sont contrariées ici par d’autres bâtons qui cherchent à se faire valoir, et les idéaux peuvent être trop différents. La confrontation est enflammée.

Dans le Tarot of the Spirit, cette carte s’appelle « Struggle ». Une étoile à six branches est prise d’assauts par des courants mouvementés, elle est obligée de se barricader sous plusieurs couches, dont la première à l’extérieur est rouge vif, prête à attaquer ou défendre.

Le Tarot of the Divine fait référence au Mahabharata, avec les frères Pandavas. Il est question dans cette histoire de malédiction, de difficulté à enfanter (donner vie à un projet), de rivalité, de fourberie, mais aussi de renforcement des liens dans l’adversité, puis éventuellement de compromis, et de victoire durement acquise.

Le Tarot del fuego montre un écureuil (pragmatisme, prévoyance, action) qui se cache sous un abri formé de bâtons, il est dans son royaume, défend son jardin contre les assauts extérieur. Il se débrouille très bien tout seul donc se fermer totalement ne le dérange pas.

Dans le Starman Tarot, nous retrouvons les 5 personnes qui se confrontent, voire ici se combattent avec fougue, dans des habits de catch, et leurs bâtons sont des lances, de vraies armes. Deux serpent se battent aussi (fourberie, attaque sournoise, tromperie). La construction qui aurait pu être, en second plan, est en ruine en attendant.

Le Tarot de Bruegel dit : « Qui monte trop haut, tombe souvent ». On peut le voir à la fois comme la nécessité de prendre des risques et de la hauteur malgré les risques, et comme le besoin de l’humain de faire la course au plus fort (ce qui est assez bien transcrit sur l’image).

Le Tarot de Bosch montre une personne seule dans son bain, avec ses 5 bâtons prêts à le défendre en cas de besoin (des animaux qui s’approchent), qui apprécie sûrement la solitude. Ici on prend le temps pour se ressourcer, pour pouvoir mieux avancer ensuite.

Dans le Tarot de la conscience, cette carte est le « Seigneur de la Lutte », on peut voir une personne qui est prête à brandir son arc et sa flèche, bien assuré sur ses jambes, à la carrure plutôt musclée. On est prêt’e quoiqu’il arrive.

Le She Wolfe Tarot montre une personne accroupie dans le désert, sur la ligne d’horizon (avenir, perspectives), qui tend un bras, la main en « pistolet », vers le Soleil levant, et en expulse une « tranche » : elle peut influer sur le cours des choses, de façon spectaculaire.

Le Serpentfire Tarot montre une personne aux prises avec elle-même, enfermée dans un cube de verre et tentant d’atteindre le Soleil à l’horizon (réussite, affirmation, potentiel, avenir), mais il est hors de portée – peut-être parce qu’on n’est pas en accord avec soi, ou pas prêt’e à s’ouvrir au monde, à partager. Le terrain est aride, sec, stérile.

5 de deniers

Dans le Néo Tarot, on peut voir deux personnes assises, la tête reposant sur une main, l’air de s’ennuyer, de regretter quelque chose. Elles sont dans l’inaction, peut-être parce qu’elles n’en ont pas les moyens.

Le Modern Witch Tarot montre deux personnes avançant sous la neige (froid, épreuve), qui se couvrent comme elles peuvent. L’environnement n’a rien à offrir, sauf peut-être derrière ce joli vitrail. Pour recevoir de l’aide, il faudrait la demander, et penser qu’on la mérite.

Le Tarot de la Fortune montre des champs difficiles à cultiver, peut-être qu’on attendait beaucoup plus de résultats, qui pourraient être obtenus en changeant de voie (arrière plan). La personne au 1er plan est assise par terre, tête baissée, elle a peut-être perdu son statut (sceptre), et ses biens (éparpillés). Il se peut qu’on soit redevable à quelqu’un et qu’on ne sait pas combler sa dette, ou qu’on est toujours insatisfait’e de ce qu’on a.

Dans le Tarot Thoth, c’est l’« Ennui ». 5 disques sont reliés entre eux mais s’étouffent, s’oppressent, ils s’agglutinent ensemble pour se protéger des flammes. Peut-être que ce sont ses possessions qu’on garde bien protégées par peur de la perte.

Le Tarot of the Spirit nomme cette carte « The Nadir » (= le point le plus bas). La carte représente la propriété (quatre murs, une serrure, terrain bien gardé, défendu). Peut-être qu’on n’a rien et qu’on aspire à avoir mieux. Une sorte de vitrail céleste montre l’envie, l’idéalisation, ou encore une possibilité d’amélioration, d’aide inattendue.

Le Tarot of the Divine fait référence à la petite fille aux allumettes (conte danois), où la pauvreté, le manque, les épreuves, la manipulation, l’avarice se confrontent aux doux rêves de chaleur, d’abondance, d’amour. Il ne faut pas perdre sa flamme, et se concentrer sur les choses qui nous permettent d’avancer, trouver le bonheur, le réconfort à l’intérieur de soi plutôt que le chercher ailleurs.

Le Tarot del fuego montre un œil qui pleure à grosses larmes, qui finissent par former une mer de chagrin. On pleure la perte matérielle, le manque d’opportunités. L’environnement (la maison inversée) s’écroule et on n’a pas le contrôle. Des cornes rouges poussent sur le visage : on protège le peu qu’on a, et on ne laisse pas l’autre approcher, de peur de se faire avoir (ou parce qu’on ne pense pas mérité, parce que les cornes représenteraient toutes les fautes).

Dans le Starman Tarot, on peut voir deux personnes qui mendient sur un trottoir, elles ont mangé tout ce qu’elles avaient, la situation est vraiment dure et il n’y a personne autour pour tendre la main. Le fond de la carte forme une jungle (on rêve d’un ailleurs, on ne peut survivre que par ses propres moyens).

Le Tarot de Bruegel dit : « L’argent arrive au pas et s’en va au galop », soit beaucoup de temps, d’énergie et d’efforts dépensés en un rien de temps. La carte symbolise aussi l’exploitation, on ne profite pas du fruit de son travail.

Le Tarot de Bosch montre une personne qui a déjà 4 Deniers, et qui s’arrête en chemin parce qu’un Denier par terre a attiré son attention : on a beaucoup mais on veut toujours ce qu’on n’a pas, et ça peut nous détourner de notre voie.

Dans le Tarot de la conscience, cette carte est le « Seigneur des Conflits Financiers ». On voit une personne qui tient une épée brandie devant elle, et un bouclier pour se protéger. On doit défendre ses biens ou sa valeur matérielle, ou encore ses droits. Quelqu’un ou une institution réquisitionne des taxes, des biens.

Le She Wolfe Tarot montre une femme assise par terre qui regarde avec envie une femme en pleine ascension, mais cette autre femme envie peut-être l’autre aussi, pour d’autres raisons. Mercure est énorme dans le fond, et elle est représentée de façon confuse : malentendus, problèmes de communication, inquiétude…

Le Serpentfire Tarot montre un labyrinthe de haut (impression qu’on ne s’en sortira jamais, mais aussi prise de hauteur par rapport à ses problèmes). On peut voir une porte de sortie, mais qui donne sur un désert : on croyait être arrivé’e au bout, mais autre chose arrive, d’aussi difficile. On a du mal à savoir comment faire, s’il y aura vraiment amélioration.