Arcanes mineures : Les Trois

Les 3 représentent l’ouverture, l’expansion, les premières expériences, l’innovation, la recherche. C’est un chiffre de dynamisme, de créativité, de curiosité, de souplesse, d’optimisme. Dans leurs mauvais aspects, c’est aussi l’exploitation, la mise en échec, le déséquilibre, l’éclatement.

Je vous propose une analyse rapide des arcanes du tarot à travers les decks de ma collection, afin de dresser un tableau plus complet de chaque carte selon ma perception de celles-ci.

Decks présentés, dans l’ordre : Seventh Sphere Tarot, Movie Tarot, Néo Tarot, Modern Witch Tarot, Tarot de la Fortune, Tarot Thoth, Tarot of the Spirit, Tarot of the Divine, Tarot del fuego, Starman Tarot, Tarot de Bruegel, Tarot de Bosch, Tarot de la conscience, She Wolfe Tarot, Serpentfire Tarot

Le Seventh Sphere Tarot et le Movie Tarot (les deux cartes placées en première position) sont basés sur le Tarot de Marseille, ce qui les rend moins intéressants à analyser visuellement concernant les arcanes mineures (sauf pour les As et les figures de cour). Je les montre quand même pour représenter cette tradition et parce que ça reste de beaux jeux !

3 D’ÉPÉES

Dans les tarots basés sur le Rider-Waite-Smith, le 3 d’Épées est représenté par un cœur transpercé de trois épées, souvent dans un ciel nuageux et pluvieux. On peut le voir comme la difficulté d’exprimer verbalement ses émotions, la confrontation entre la voie de la raison et la voie du cœur, ou la difficulté à rationaliser quelque chose qui nous atteint trop.

Dans le Tarot de la Fortune, une personne a aussi ce cœur transpercé, mais elle continue d’avancer, on la voit utiliser outils et livres pour trouver du sens, rationaliser, apprendre des expériences passées, éviter de refaire les mêmes erreurs. Ça peut parler de déni.

Le Tarot Thoth nomme cette carte « Malheur », on a une épée centrale rejointe à sa ponte par deux sabres, qui se plantent au cœur d’une fleur. La beauté, le plaisir, l’innocence sont souillées, transpercées. Les 3 épées sont en confrontation : conflit avec les autres.

Le Tarot of the Spirit nomme cette carte « Recognition », les 3 épées ont le même manche mais partent dans différentes direction, on a ici à la fois le Dark Side et le Bright Side : c’est nous qui choisissons si nous voulons faire « le mal ou le bien », et il faut transcender ses expériences passées pour ne pas projeter.

Avec le Tarot of the Divine, nous sommes transporté’e’s dans un conte du Japon, où un femme aide son mari pour qu’ils s’en sortent financièrement, mais celui-ci ne doit pas connaître son secret : cette femme est une grue qu’il avait jadis sauvée, et elle sacrifie ses plumes pour leur bien-être. On parle donc de sacrifice ici, de cacher son mal-être aux autres, mais aussi de secrets, qui mènent à la trahison.

Le Tarot del fuego montre une pomme transpercée par 3 épées, dont on pourrait dire qu’elle a « les yeux bandés ». La pomme peut être transposée au mythe du fruit défendu, qui fait ouvrir les yeux sur une situation mais qui amène aussi beaucoup de malheur. On nous dit que ça ne vaut peut-être pas le coup de souffrir autant pour atteindre ce qu’on voulait.

La carte du Starman Tarot est plus complexe, voici comment je la traduis : on cherche à amener de la beauté, à voir les bons côtés, même dans la misère et la souffrance, on cherche aussi à trouver du sens à la vie pour ne pas sombrer. On se protège pour ne pas avoir mal (les épées entourent la personne plutôt que de la transpercer, c’est une muraille).

Le Tarot de Bruegel dit : « Les grandes douleurs sont muettes : Celui qui souffre réellement ne le crie pas sur tous les toits ». On peut voir un homme qui s’arrache une dent : ça fait mal mais son corps fonctionne toujours, il n’a pas tant perdu. Derrière lui, des hommes abattent des arbres, qui, pour le coup, ne survivent pas – mais ceux-ci ne peuvent pas faire entendre leur voix. On entend beaucoup plus les êtres privilégiés que les êtres opprimés.

Dans le Tarot Bosch, un individu tient deux épées devant lui, l’une surmontée par un oiseau inquisiteur. L’individu cache une dernière épée dans son dos : il se montre sous un beau jour mais cache ses véritables intentions. Il est peut-être sur le point d’embrocher l’oiseau.

Le Tarot de la conscience nomme cette carte « Seigneur du Chagrin ». L’image est plus dure à déchiffrer : est-ce que la personne tient dans sa main les mouchoirs qui ont séché ses larmes, est-ce qu’elle porte ses émotions à bout de bras pour ne pas les ressentir, est-ce qu’elle tient un petit animal qui s’essouffle à vouloir lui échapper ?

Dans le She Wolfe tarot, une personne est accroupie dans une prison de verre, elle se reflète dans le sol, et une pyramide noire bloque la sortie en haut : il faut d’abord affronter, faire son deuil, pour pouvoir s’élever, en sortir grandi’e. Les angoisses forment un tourbillon, on a du mal à sortir du cercle vicieux de la souffrance.

Le Serpentfire tarot nous montre trois femmes en noir (endeuillées ?) qui soutiennent une personne souffrante ou morte, probablement piquée par le nid de serpents à ses pieds. Leurs têtes sont cachées dans la brume, on a du mal à raisonner, à clarifier son esprit, les émotions empêchent de rester serein’e mentalement. Une montagne menace au fond : on ne voit que les problèmes qui s’accumule, le chagrin semble insurmontable.

3 De coupes

Dans les tarots basés sur le Rider-Waite-Smith, cette carte est représentée par 3 personnes qui lèvent une coupe, elles trinquent, elles célèbrent quelque chose, elles ont l’air soudé, c’est une carte qui invoque l’amitié, la célébration, la réjouissance, voire la réussite, mais aussi l’entraide et la reconnaissance. On peut parfois y voir aussi une abondance (de fruits, de végétation…) : on ne manque de rien.

Le Tarot Thoth nomme d’ailleurs cette carte « Abondance », c’est la carte de Mercure en Cancer, donc de la compréhension mutuelle, de l’expression des sentiments, du partage. On s’y sent assez en sécurité pour s’ouvrir (les Coupes sont protégées par en-dessous et au-dessus). Les Coupes sont remplies à profusion par des fleurs de lotus (épanouissement) et imitent des grappes de raisin : ivresse des sens, on se fait plaisir, on fait la fête sans penser au lendemain.

Dans le Tarot of the Spirit, cette carte s’appelle « Stream of Love », un Soleil remplit les 3 Coupes sous lui qui sont sous la protection de la Lune (pleine et en croissant) : émotions sublimées, sentiment de réussite, joie réelle, envie de partager, de s’unir.

Le Tarot of the Divine fait référence à la mythologie hindoue, avec la représentation de 3 Apsaras, des nymphes célestes qui sont associées au divertissement, aux jeux, aux paris. On est ici à la fois dans le charme, les tentations, les plaisirs, la danse, la fertilité, la beauté, mais aussi les excès, l’extravagance.

Le Tarot del fuego montre 3 Coupes l’une sur l’autre : on se supporte, se soutient, on prête main forte, on ne fait qu’un, on fusionne. Le tout forme une fleur qui s’épanouit, butinée par plein de papillons, et même un petit escargot : on ne se presse pas, on ne se met pas de pression, tout vient à temps, on profite de l’instant présent.

Dans le Starman Tarot, trois femmes nues (authenticité, vulnérabilité, confiance) sont assises en cercle et font léviter des coupes au-dessus d’elles, elles en versent le contenu sur leurs mains (on n’hésite pas à partager ce qu’on ressent). Des mains se montrent paumes ouvertes en fond : générosité, ouverture, cadeaux, aide, opportunités.

Le Tarot de Bruegel dit : « Les enfants et les verres ne sont jamais assez nombreux », sous-entendant que la famille, les proches, les rencontres et le fait de partager des choses ensemble sont les choses les plus précieuses, et on en voudrait toujours plus. Les personnages dansent en tendant leurs coupes, une montagne en fond inspire le fait qu’on s’élève ensemble.

Le Tarot Bosch montre des êtres prêts à se rencontrer, à partager, mais l’un est encore cuirassé, la tête coincée dans sa Coupe (enfermé dans son propre monde, pas capable de s’ouvrir) ; un deuxième fait le tour de lui-même, ses émotions (la pique) sont trop intenses pour qu’on s’en approche ; un troisième s’élève et brandit ses poings en symbole de victoire, ses émotions lui donnent des ailes. On peut y voir 3 étapes d’assimilation de son monde intérieur et d’ouverture au monde extérieur.

Dans le Tarot de la conscience, c’est le « Seigneur d’Abondance », même si ça ne transparaît pas trop dans l’image (j’ai plutôt l’impression de sobriété et je vois un visage assez fermé), mais le corps est tendu vers l’avenir, l’extérieur, tout comme les mains en position d’offrande, devant le ventre (satiété, plaisirs, fécondité).

Le She Wolfe tarot montre trois silhouettes de femmes, qu’on peut interpréter comme des sorcières (chaudron, prière/incantation, boule de cristal), des femmes faisant partie d’une sororité, qui se complètent, travaillent ensemble. De leur corps émane une grande lumière qui s’élève : épanouissement, ascension, transcendance, joie pure, guérison.

Le Serpentfire tarot nous montre aussi trois personnes aux corps qui se rejoignent au centre, qui lèvent les bras dans une boule lumineuse vers une pyramide au sommet lui-aussi lumineux : on s’entraide pour s’élever, chaque membre est important. On manifeste ce qu’on souhaite réussir, on n’hésite pas à demander de l’aide car elle nous sera offerte.

3 De bâtons

Dans les tarots basés sur le Rider-Waite-Smith, on peut voir une personne, souvent tournée de dos, entourée de trois piliers/bâtons, prenant l’appui sur un, et qui regarde au loin des montagnes qui s’élèvent à l’horizon, derrière la mer. C’est une carte où on construis ses bases, où on commence à avoir des ambitions, des rêves. On est dans l’expansion, les projets.

Le Tarot Thoth nomme cette carte « Vertu », on peut y voir trois bâtons qui se croisent au centre pour faire naître une étoile ou une fleur, dont les pointes en volutes viennent toucher le bord de la carte (expansion, épanouissement, fertilité). Les bâtons sont d’ailleurs terminés par une forme en tulipe, on est dans le printemps puisque le Soleil est en Bélier : des possibilités s’offrent à nous, on se laisse croître.

Dans le Tarot of the Spirit, cette carte s’appelle « Birth of Light » : sachant qu’on est aussi dans le printemps, c’est le renouveau, la réapparition du Soleil dans le ciel. Trois tiges partent d’un même point dans le sol pour donner des étoiles à six branches, colorées, lumineuses : on s’élève, on a confiance dans ses aspirations, on se permet de briller, le terrain est propice.

Le Tarot of the Divine fait référence à un conte roumain, où il est question d’un prince transformé en cochon marié à une princesse qui n’hésitera pas à voyager loin, jusqu’à la Voie Lactée, pour le délivrer de sa malédiction, et à sacrifier une part d’elle-même. Ce qu’on peut interpréter ici comme le fait de ne reculer devant rien pour atteindre ses objectifs, de ne pas avoir peur devant un long chemin : les efforts seront récompensés.

Le Tarot del fuego montre un homme juché sur des jambes de bois (sacrifié une partie de lui-même), qui s’appuie sur un bâton (stabilité, solidité, persévérance), et montre du doigt une tour de château, qu’il surmonte de sa stature (il est à la hauteur de ses objectifs, et même plus encore). Une pomme rayonne dans son ventre : fertilité, abondance, croissance.

Le Starman Tarot a un peu la même représentation que dans le Rider-Waite-Smith, avec une personne de dos appuyée sur un bâton, qui fait face ici à une ville-métropole gigantesque. Au niveau de sa tête s’élève une autre ville en miroir : iel imagine comment construire un monde meilleur, comment bâtir ses propres fondations, avec une attitude de conquérant’e.

Le Tarot de Bruegel dit : « Le savoir est le bâton de la vie. », la connaissance et le savoir-faire sont donc très importants ici, on est dans une carte d’effort constant, où on met à profit ce qu’on a appris pour assurer sa subsistance, on apprend aussi de sa propre expérience pour atteindre toujours un objectif meilleur. Avec la symbolique de la carte, on peut viser la Lune mais rester les pieds sur Terre.

Dans le Tarot de Bosch, on se met en mouvement, on quitte un terrain stérile, aride, dans lequel on a déjà fait des expériences qui n’ont rien donné, et on ne lésine pas sur les efforts, les moyens et les ambitions (l’individu a trois bras et trois jambes, une carcasse solide).

Le Tarot de la conscience nomme cette carte « Seigneur de la Force Établie », on peut y voir un personnage qui a l’air peu commode, mais bien droit, costaud, il a l’air bien habillé pour ce qui l’attend, il ne craint pas les temps rudes. Il s’appuie sur un bâton, ou bien il étrangle un serpent pour lui montrer sa force. Ça peut être un leader qui commande ses troupes, ou un soldat bien entraîné qui attend les ordres pour se mettre en marche.

Avec le She Wolfe Tarot, on fait face à l’immensité des possibles, on peut voir vraiment très loin et se projeter sans problème, on se laisse rêver grand. La personne a une pose plutôt lascive, donc on est plutôt dans l’envie que dans la création immédiate. D’ailleurs, le terrain n’est pas encore fertile, on en est au stade du brainstorming.

Le Serpentfire Tarot montre une personne en pose de méditation, et son corps se multiplie plusieurs fois : elle est en recherche de qui elle tend à être, à quel point elle pourrait prétendre à l’expansion, elle cherche à croître, à se renforcer. La carte reprend les couleurs de l’arc-en-ciel, on est vraiment dans l’intensité, la diversité. On ne fait pas encore, mais on manifeste déjà ce qu’on voudrait accomplir.

3 De deniers

Le Seventh Sphere et le Movie Tarot sont basés sur le Tarot de Marseille pour leurs arcanes mineures, ce qui les rend moins intéressantes à analyser visuellement – je les montre quand même pour représenter cette tradition (ça reste de beaux jeux).

Dans les tarots basés sur le Rider-Waite-Smith, on peut voir 3 personnes qui travaillent en collaboration. Dans le Néo Tarot, des personnes portent des choses ensemble, on se répartit les tâches équitablement. Dans le Modern Witch Tarot, une modèle pose pendant qu’une élève la dessine et qu’une professeure lui donne des conseils. Dans le Tarot de la Fortune, une personne fait de l’artisanat sous la supervision d’une personne qui semble donner des ordres et d’une autre qui a conçu les plans. On a toujours l’idée de création, de travail en commun, d’apprendre de l’expérience des autres, et souvent une sorte de vocation esthétique.

Le Tarot Thoth nomme cette carte « Travaux ». On a un triangle avec 3 roues aux pointes, avec une idée d’interdépendance et de cohésion. Sur les côtés, des formes comme des vagues d’acier : il y a un côté oppressant, on peut imaginer un flot d’ordres et de consignes, une urgence. On ne peut pas faire autrement que se donner à fond, surtout sous l’influence de Mars en Capricorne (responsabilité, labeur, dynamisme, stratégie).

On retrouve la même imagerie et le même nom de carte dans le Tarot of the Spirit, même si on a moins cet aspect oppressif, et le triangle est pris dans un cercle : l’affaire tourne, on collabore sur le même niveau, on peut davantage déléguer. On a des rayons jaunes et verts, couleurs qui peuvent être associées à la prospérité.

Le Tarot of the Divine fait référence à la mythologie népalaise, avec Banjhakri et Banjhakrini. Il est question d’initiation chamanique auprès de deux êtres terrifiants, des « patrons » très exigeants qui entraînent des jeunes enfants pour rien moins que la perfection. Les tests sont très difficiles ; si les enfants échouent ils risquent la mort, ou sont rendus à leur famille abattus, mais s’ils réussissent, ils peuvent prétendre à des compétences très nobles et servir grandement.

Dans le Tarot del fuego, c’est plutôt dramatique. On a une tête tranchée, qui hurle, qui fait penser à l’esclavage, l’exploitation, le fait de devoir se sacrifier pour le travail, et que son labeur profite à quelqu’un d’autre (la main qui tranche renferme le trésor), et une autre main récolte une bourse bien remplie. Donc on travaille bien à plusieurs, mais il n’y a pas d’égalité.

Le Starman Tarot montre une personne qui semble enflammée de l’intérieur : elle est à fond dans son travail, elle crée, on peut penser à un travail qui concerne une passion ou un centre d’intérêt, un travail enrichissant qui donne à réfléchir (labyrinthe, formules, formes de géométrie sacrée). On peut s’épuiser au travail, mais parce qu’on se sent réellement investi’e.

Le Tarot de Bruegel dit : « Une branche délicate peut être greffée sur le tronc sauvage », c’est-à-dire qu’on peut sans cesse améliorer son travail, trouver des solutions créatives. Mais surtout, sur la carte, on a 3 personnes qui ne sont visiblement pas sur le même pied d’égalité, il y a une transaction qui se passe, mais une personne est sur le point de voler ou d’arnaquer (profiter du travail d’un autre). Un ange tient un Denier : les patrons qui se pensent au-dessus de tout ou une opportunité réelle d’ascension ? à voir…

Le Tarot de Bosch montre un être chimérique (=qui contient plusieurs personnes) en équilibre sur deux Deniers (en mouvement), qui tient un Denier et un bâton, on à l’idée de récompense, mais aussi de discipline. Un bouclier pèse sur le dos (comme une œillère qui empêche de se disperser).

Dans le Tarot de la conscience, cette carte s’appelle « Seigneur des Travaux Matériels », on peut effectivement voir un homme qui tient devant lui une faucille, il est en mouvement, il agit, il récolte le fruit de son travail.

Le She Wolfe Tarot montre une personne et son reflet qui se multiplient sur toute la carte, rejointes au niveau de la main (faire ensemble, se soutenir). Elles grandissent au fur et à mesure des répétitions : l’expérience se forge, et on a une possibilité d’ascension. La pyramide en fond indique un travail long, répétitif, collaboratif, qui donne cependant un résultat merveilleux.

Le Serpentfire Tarot montre une femme et une chèvre (Capricorne) en haut d’une falaise, avec Mars en fond, énorme, et des pyramides sur le plan du dessous. La femme semble épuisée par son voyage, mais il lui a quand même apporté beaucoup, son visage rayonne, elle a acquis des connaissances. Le résultat est encore loin mais la détermination est là.