Arcanes mineures : Les Deux

Les 2 représentent la réceptivité, la gestation, la préparation et les relations. C’est un chiffre d’équilibre, de conciliation, de complémentarité, d’échange, d’apprentissage, d’écoute, de sensibilité. Dans leurs mauvais aspects, ce sont les conflits, la dualité, le déséquilibre, l’accumulation, l’indécision.

Je vous propose une analyse rapide des arcanes du tarot à travers les decks de ma collection, afin de dresser un tableau plus complet de chaque carte selon ma perception de celles-ci.

Decks présentés, dans l’ordre : Seventh Sphere Tarot, Movie Tarot, Néo Tarot, Modern Witch Tarot, Tarot de la Fortune, Tarot Thoth, Tarot of the Spirit, Tarot of the Divine, Tarot del fuego, Starman Tarot, Tarot de Bruegel, Tarot de Bosch, Tarot de la conscience, She Wolfe Tarot, Serpentfire Tarot

Le Seventh Sphere Tarot et le Movie Tarot (les deux cartes placées en première position) sont basés sur le Tarot de Marseille, ce qui les rend moins intéressantes à analyser visuellement concernant les arcanes mineures (sauf pour les As et les figures de cour). Je les montre quand même pour représenter cette tradition et parce que ça reste de beaux jeux !

2 D’ÉPÉES

Dans les tarots basés sur le Rider-Waite-Smith, on peut y voir un personnage avec les yeux bandés, fermés ou cachés, qui croise deux épées devant sa poitrine dont les lames encadrent la tête. La Lune, symbole ici d’introspection et des peurs, des illusions, invite à se mettre en retrait et à analyser ce qui se passe en soi avant d’agir. Le personnage se ferme au monde extérieur (avec ses épées), a les jambes croisées (inaction, pause, attente), et sonde ses profondeurs et ses émotions (l’Eau), prend en compte les dangers potentiels (les rochers).

Le Tarot Thot et le Tarot of the Spirit nous parlent de trêve, de paix, de trouver son équilibre au milieu de la tension, de s’arrêter pour faire le point et ne pas négliger les bons côtés d’une situation qui paraît difficile. L’arcane est ici associée à la Lune et à la Balance, on privilégie le partage à la confrontation, on exprime plutôt que d’intérioriser, et on s’adapte.

Sur la carte du Tarot of the Divine est représentée Sita (Ramayana), prise entre les flammes, à choisir entre Charybde et Scylla : on y voit l’urgence de faire un choix vraiment difficile, mais aussi la résolution de s’en sortir coûte que coûte.

Dans le Tarot del fuego, on a les yeux cachés et la bouche scellée, on n’est pas apte à trancher, à s’exprimer, à percevoir les choses avec justesse. Peut-être que les émotions prennent le pas, ou qu’on prend encore les choses trop personnellement, ou qu’on n’a pas tous les éléments nécessaires. Mais le Soleil brille au-dessus : ce n’est peut-être qu’une situation temporaire.

La carte du Starman Tarot est très riche en détail, mais on peut surtout y voir une personne littéralement partagée en deux, dont les deux facettes s’éloignent jusqu’à mettre à nu, et c’est seulement lorsqu’on aura atteint ses propres profondeurs, contradictions et désirs qu’on pourra choisir. D’un côté un serpent, de l’autre une perle rare – mais noire, pas blanche : est-ce un piège ? Au milieu le loup, il faut faire confiance à ses instincts.

Le tarot de Bruegel nous dit : « L’homme se reconnaît dans trois comportements : à sa colère, à sa bourse et à son verre ». C’est une situation qui nous montre (ou une autre personne, ou situation) dans nos retranchements, quand on est sans fard, quand on fait remonter ses vices. Ce n’est pas le bon moment pour prendre une décision, et il va falloir décanter un peu pour ne pas envenimer les choses.

Le tarot Bosch nous montre un être à la tête masquée par un crâne et recouvert d’un drap : quelqu’un ou la situation ne montre pas son vrai visage, ses vrais enjeux, et il va falloir fouiller, gratter au-delà de la surface, pour trancher. Sa monture est trop (pré)occupée pour avancer.

Dans le Tarot de la conscience figure une sorte d’ange, peut-être un souffle de paix et d’amour qui vient au secours après une période difficile, puisqu’on est dans la « Paix Rétablie ». On arrête de se faire du soucis, on prend un temps de repos, et on peut trouver un accord, une conciliation. C’est un moment pour s’excuser, pour pardonner.

Dans le She Wolfe tarot, on avance prudemment, à pas légers comme une plume, car il y a de grands enjeux (les colonnes), beaucoup de choses à prendre en compte, et la Lune énorme en fond exacerbe les émotions, les ressentis, on risque de se laisser emporter, dépasser. On n’ose pas regarder, on voudrait rester dans le déni.

Le Serpentfire tarot (comme le Thot, le Tarot of the Spirit et le She Wolfe) est également sous l’influence de la Lune en Balance, clairement représentées. Deux éclairs sur les côtés indiquent un esprit vif, une volonté de réfléchir vite, de prendre des décisions, de ne pas se complaire dans l’inaction.

2 De coupes

Dans les tarots basés sur le Rider-Waite-Smith, on peut voir deux personnages qui se font face, souvent pour échanger, connaître, trinquer leur coupe, dans une approche en douceur. Apparaissent également parfois un caducée (Mercure, communication, guérison), un lion (fierté, courage, passion), des poissons (maître de l’Eau/émotions, émergence, insaisissable). On est ici dans la découverte de l’autre, dans le partage de quelque chose d’important pour soi, dans la volonté de créer du lien, de s’ouvrir, de s’apporter quelque chose.

Le Tarot Thot nomme cette carte « Amour », on y voit un lotus gouverné par des poissons qui forme une fontaine remplissant allègrement et infiniment deux coupes en lévitation sur une étendue d’eau. L’épanouissement relationnel/affectif est à son comble, Vénus est en Cancer, on ne manque de rien, on donne autant qu’on reçoit.

Le Tarot of the Spirit a la même combinaison astrologique et plus ou moins la même imagerie, si ce n’est que les Coupes sont alimentées par deux personnages qui s’élèvent et s’enlacent à la façon d’un symbole de l’infini (Sacred Cord), le partage est mutuel, constant, on s’entraide et se « nourrit » l’un’e l’autre. On peut voir une figure angélique qui protège les deux êtres : on peut s’ouvrir en toute sécurité, rien de mal ne va arriver.

Le Tarot of the Divine nous montre Enkidu et Gilgamesh (mythologie sumérienne), le premier ayant été créé comme un égal pour Gilgamesh et équilibrer les forces, on passe ici de la confrontation à la reconnaissance et à l’amour profond. On pourrait parler d’âme sœur. Leur position sur la carte indique une réelle confiance, intimité, et il y a ici une grande force.

Dans le Tarot del fuego, nous avons deux coupes plantées dans le sol, très différentes l’une et l’autre mais qui poursuivent le même but, qui grandissent ensemble en développant des racines et deux magnifiques fleurs, butinées par les mêmes papillons. Ici on peut voir qu’on fait partie du même écosystème, les racines se rejoignent, et se nourrissent à la même source. On peut aussi y voir le fait d’enterrer ses griefs (tête de mort) pour se diriger plutôt vers ce qui fait avancer.

Le Starman Tarot nous montre deux personnes en position de méditation, aux jambes enlacées. On s’ouvre totalement à l’autre, dans toute sa nudité, on est en totale confiance et on laisse jaillir ses émotions, on se laisse être intenses en couleurs. On peut aussi y retrouver le caducée, qui peut ici abattre des murs.

Le Tarot de Bruegel nous dit « L’amour égalise toutes les différences », et sur la banderole qui lie les deux personnages : “mens est firmissima” (ma résolution est immuable). Étant liés par ce serment, on peut imaginer un contrat de mariage, un lien très fort entre deux personnes (chacune ayant un hameçon à la taille : on « appâte » l’autre, on le ferre et on le « possède »). Il y a à la fois du jeu et des flèches : dans sa danse, l’amour peut être à la fois joyeux et piquant.

Dans le Tarot Bosch, on a d’un côté une Coupe qui aide à s’élever, mais qu’il faut apprivoiser, entretenir, et de l’autre une Coupe qui écrase, oppresse, mène par le bout du dos. Il interroge sur notre façon d’approcher les émotions et sentiments.

Le Tarot de la conscience nomme cette carte « Seigneur de l’Amour », et pourtant on y voit un personnage seul : peut-être qu’on est en quête de quelqu’un comme soi, de l’âme sœur, d’une personne qui complète. C’est une étape de recherche, de séduction.

Avec le She Wolfe tarot, on se pavane, on danse pour l’autre, on cherche à s’élever ensemble (escalier) pour s’épanouir ensemble (lotus). L’amour rend extatique, enjoué’e, on est ici dans la beauté, l’apparat.

Dans le Serpentfire tarot, deux personnes se font face et se reflètent, à la fois dans leur ombre et leur lumière, on se montre entier’e, on ne fait rien que s’écouter, se regarder, se percevoir. On peut aussi avoir tendance à se projeter dans l’autre, et donc à le voir à travers nous plutôt que dans sa réalité autre.

2 De bâtons

Dans le Néo Tarot (1ère ligne – 3ème carte) et le Starman Tarot (2ème ligne – 5ème carte), on a un personnage arrivé en haut (d’un bâtiment), qui s’appuie sur ses Bâtons (son expérience), et qui se lance pour un nouveau projet. Il peut hésiter à recommencer son parcours pour rester à sa place confortable et stable. On a une idée d’ego, de puissance, de domination.

Dans le Modern Witch tarot, on a une personne en attente entre deux piliers, qui attend un appel, une opportunité, qui ne se lance pas d’elle-même. En attendant elle observe ce qui s’offre à elle (la vue en contrebas), elle peut analyser ses choix.

Le Tarot de la Fortune nous montre un personne qui chevauche deux bâtons (qui n’a pas les pieds sur Terre), arrivant à un carrefour entre deux voies, elle n’est pas encore engagée, et les panneaux n’indiquent rien, on n’arrive pas à se projeter encore.

Dans le Tarot Thot, la carte s’appelle « Domination » et est sous l’influence de Mars en Bélier (impulsivité, fougue, audace, instinct, arrogance). On voit deux flèches massives croisées, avec des ornements de divinité ou de démon à première vue, liés au serpent (fourberie) et au cheval (rapidité). C’est une carte de Feu exacerbé, qui cherche à asseoir un pouvoir.

Le Tarot of the Spirit montre deux bâtons, ornés d’une étoile à six branches rouge qui irradie une aura lumineuse, qui se croisent : du croisement émane un oeil, on observe ce qui se passe lors de la confrontation de deux énergies, ce qui en naît. On cherche un point d’accroche, à concilier les forces, pour donner le meilleur de deux éléments.

Dans le Tarot of the Divine est représenté Janus (mythologie romaine), qui voit les commencements et les fins, les tenants et les aboutissants, qui peut donc avancer (bâton de marche) sans problème, les portes lui sont ouvertes (la clé). C’est une carte de voyage et de connaissance.

Le Tarot del fuego montre deux personnes avec un bâton en lévitation au-dessus de la tête (leurs idées, leurs projets), qui se croisent au-dessus d’elles : on peut confronter ses visions pour créer quelque chose, collaborer. À moins que, comme les personnes sont cousues ensemble, il ne s’agisse de concilier deux projets qu’on a, pour ne pas s’éparpiller et trouver un compromis.

Le Tarot de Bruegel dit : « Celui qui remet chaque chose à sa place la retrouve facilement », c’est une carte qui parle d’organisation, de se recentrer, de ne pas s’éparpiller, de concentrer les forces pour travailler ensemble à construire.

Dans le Tarot Bosch, on a un personnage juché sur un bâton qui fait le pont entre deux rives, qui a du mal à se décider ; de son autre bâton, on ne sait pas s’il s’en sert comme d’un instrument (passer le temps en attendant de pouvoir se lancer) ou pour appeler à l’aide quelqu’un (pour aider à faire un choix, guider).

Dans le Tarot de la conscience, c’est la carte du « Seigneur de Pouvoir », on voit un personnage qui s’avance avec l’air très sûr de lui, une attitude droite, hautaine même. Dans sa main, on dirait qu’il tient une tête décapitée (s’approprier le projet de quelqu’un d’autre quand on n’y arrive pas soi-même ? ou diriger les autres sans leur laisser de choix ?)

Le She Wolfe présente un personnage qui s’élance dans le désert à la conquête de monts, on sort des sentiers battus, on n’a pas peur de se lancer seul’e, on y va. Les cornes de Bélier rappellent l’influence de la carte : impulsion, courage. Un nuage pointe à l’horizon : on se lance mais sans trop savoir non plus ce qui adviendra à plus long terme.

Le Serpentfire montre une personne cornue en haut d’un sommet, qui semble regarder à l’intérieur d’elle-même pour sonder ce qu’elle veut faire ensuite, réfléchir à sa position, à où elle est parvenue. La carte est lézardée de foudre, il y a ici beaucoup de puissance, mais aussi des obstacles, peut-être, des forces qu’on ne maîtrise pas encore.

2 De deniers

Dans les tarots basés sur le Rider-Waite-Smith, on peut voir un personnage qui tient dans chaque main un Denier, les deux étant reliés par un symbole de l’infini : ils sont comme les rouages d’une machine, mais ils sont aussi emprisonnés, quelque part. Le personnage fait donc un exercice d’équilibrage de ces deux forces, mais ne peut pas encore bien appréhender l’essence du Denier tant qu’il est enfermé. Dans le Néo Tarot et le Tarot de la Fortune, le sol a l’air glissant ou mouvementé, ce qui rajoute de la difficulté. Le maître-mot est vraiment l’équilibre, la conciliation.

Sur la carte du Tarot Thoth, qui s’appelle « Changement », les Deniers sont représentés par un Taijitu (symbole du Yin et du Yang) avec les symboles des 4 éléments dans les points centraux : on a donc l’équilibre parfait des forces. On retrouve le symbole de l’infini qui encercle les Deniers, ici montré comme un serpent qui se mort la queue (Ourobouros), on est donc dans un cycle qui se répète, on a du mal à en sortir.

On retrouve de nouveau l’Infini dans le Tarot of the spirit, avec deux étoiles centrales, et cette fois on peut sortir du cycle fermé, car des étoiles jaillissent un nouveau cercle, aux couleurs de l’arc-en-ciel. On a la capacité de transcender. C’est aussi la carte qui lie la cause aux effets.

Le Tarot of the Divine, on peut apercevoir Rhpisunt (mythologie haida) avec ses enfants moitié humains moitié ours (qu’elle a eus avec un ours déguisé en humain). On peut y voir par exemple l’équilibre entre la partie domptée et indomptée, entre les besoins humains et la protection de l’environnement.

Dans le Tarot del fuego, les Deniers sont les yeux d’une tête de mort, qui cache les rayons du Soleil aux plantes qui se meurent. L’organisation des plantations n’est pas bonne, on n’a pas réfléchi assez à l’environnement, il faut refaire parce que ça ne mène qu’à la chute (symbolisée par la mort).

Le Starman Tarot montre quelqu’un qui surfe sur l’infini, au-dessus d’un gouffre, on a donc une prise de risque (ici matérielle), pendant qu’il tient les Pentacles à bout de bras, qui menacent de se faire aspirer par un autre gouffre venu du ciel. Témérité mais inconscience.

Le Tarot de Bruegel dit : « La châtaigne est belle au-dehors mais pourrie au-dedans. », il faut se méfier de l’offre, de la transaction qui est en train de se passer. L’un des personnes a les yeux bandés (ignorance, manque d’information) et repousse l’autre de son pied (méfiance). Un chien aboie contre un animal qu’on ne voit qu’à moitié, sous un ciel houleux. Prudence, ici… ça sent la magouille.

Le personnage dans le Tarot Bosch tient deux Deniers en équilibre l’un sur l’autre juste devant son nez, il a mis ses lunettes pour étudier les clauses de près, il est vêtu comme un érudit, avec son haut de forme plus loin. Ça a l’air de quelqu’un qui sait ce qu’il fait, qui n’acceptera rien sans avoir bien tout analysé.

Dans le Tarot de la conscience, la carte est le « Seigneur du Changement Harmonieux », on peut y voir la silhouette d’une femme dans une robe somptueuse et bouffante, avec une coiffure élaborée, qui s’avance vers l’avenir. On accumule, on est prospère, on apprécie la beauté. On accepte plus facilement le changement quand tout nous réussit déjà.

Le She Wolfe tarot montre une personne et son reflet qui s’arque en arrière, tête renversée, poitrine offerte, avec une boule jaune qui sort de son chakra solaire, entourée par les cornes du Capricorne (lié ici à Jupiter qui s’annonce dans le ciel en haut d’une pyramide : expansion, détermination, croissance). On doit ici s’ancrer, s’affirmer et s’élever, il faut faire des efforts, bosser dur, ne pas se complaire dans l’hésitation ou l’ignorance.

Le Serpentfire tarot montre un serpent qui mue en femme, on passe de l’animal à l’humain, on se transforme, on accepte le changement, on s’adapte à son environnement (qui a l’air ici aride et stérile, il va falloir créer l’opportunité et ne pas attendre que ça se fasse tout seul, surtout avec l’influence du Capricorne).